Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

Des PME congolaises parmi les bénéficiaires de 45 millions de capital-investissement

Kinshasa-52L’émergence des PME congolaises passe également par des appuis extérieurs.

La société d’investissement Amster danoise XSML s’est fait une spécialité du développement des TPE et PME en République démocratique du Congo et en Centrafrique. Elle entend élargir encore la voilure et va ouvrir un nouveau bureau en Ouganda.
Le gestionnaire hollandais de capital investîmes en Afrique centrale, XSML, à dos son deuxième fonds, après celui bouclé en 2010. Dans un communiqué publié le 3 février, la société d’investissement annonce avoir levé 45 millions de dollars, soit deux fois plus que les 19 millions de dollars américains qu’elle avait collectés cinq ans plus tôt pour le Central Africa SME Fund (CASF). Des Petites et moyennes entreprises congolaises figurent parmi les bénéficiaires de ce fonds levé par le gestionnaire hollandais de capital-investissement en Afrique centrale.

Selon le communiqué, les ressources du nouveau fonds, l’ « African Rivers Fund », ont été levées auprès de la Société financière internationale (IFC), filiale du groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé l’agence de développement néerlandaise FMO et la fondation philanthropique canadienne Lundin, qui avaient déjà contribué a « Central Africa SME Fund ». Cette fois-ci s’ajoutent la Société beige d’investissement pour les pays en développement (Bio), l’institution britannique de développement (CDC), le fonds hollandais Dutch Good Growth Fund et le Fonds d’investissement et de soutien aux entreprises en Afrique (Fisea) du Français Proparco (groupe de l’Agence française de développement).
Le capital investissement est une forme très ancienne d’investissement par laquelle un investisseur consacre une partie de ses capitaux propres ou sous gestion au développement ou rachat d’une société, (ou d’une division) ayant des besoins de croissance, de transmission ou de redressement. En contrepartie de son risque d’investissement et de l’immobilisation de son capital sur une longue période (coût d’opportunité), il attend un rendement sur le capital investi, généralement supérieur à celui du marché des actions cotées, compte tenu de la non-liquidité de son investissement pendant parfois plusieurs années.
L’investisseur, lui, ne se contente pas d’investir mais accompagne généralement la société en portefeuille des conseils pratiques lui permettant d’accélérer son développement et d’optimiser sa gestion.
Le capital-investissement traduit par une injection de fonds dans une société et par l’entrée du fonds d’investissement au capital de sociétés qui ont besoin de capitaux propres. Dans certains cas, il n’y a pas d’injection de capital mais rachat des actions détenues par les actionnaires historiques. Il arrive aussi que l’investissement soit effectué sous la forme d’obligations convertibles et de produits dérivés (options, bons de souscription d’actions nouvelles notamment).
Le terme de capital-investissement concerne généralement l’investissement dans des sociétés non cotées en bourse d’où son nom de capital non coté où de privâtes équité en anglais, en opposition au terme public). En français cela correspond aux notions de capital fermé, par opposition au capital ouvert.
Les sociétés qui constituent un portefeuille de participations en réalisant des opérations de capital-investissement sont des sociétés de portefeuille ou des fonds d’investissement. Leurs prises de participation peuvent être unilatérales ou croisées.

Olivier Kaforo/Le Potentiel

Laisser un commentaire