Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

Dialogue: les choses avancent petit à petit, dixit Charles Bambara

bambara_charles_16_001_640_350_1Répondant hier aux questions des journalistes lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco, le directeur de l’Information publique de cette mission onusienne en RDC a affirmé que des contacts se poursuivent, des réunions continuent d’être organisées entre les parties prenantes, en vue de la tenue prochaine du dialogue politique dans le pays. Pour Charles Bambara, il n’y a pas eu de temps mort pendant cette période, au contraire, les choses avancent petit à petit. Et ce, en dépit de ce qui apparait comme un retard pour la mise en place du comité préparatoire.

Comme ce n’est plus une information à ce jour, la Rd Congo se prépare depuis un certain temps pour la tenue d’un dialogue politique national inclusif convoqué par le Président de la République Joseph Kabila Kabange. Lequel dialogue est également encouragé par la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 30 mars 2016 à sa 7659ème séance. Le facilitateur désigné par l’Union africaine pour ce dialogue, l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, étant déjà à pied d’œuvre.

onuActuellement, l’on s’attend à la mise en place d’un comité préparatoire auquel les quotas de la Majorité présidentielle, de l’Opposition et de la Société civile sont respectivement de 12, 12 et 6. Cependant, avec le déplacement du facilitateur Edem Kodjo à Addis-Abeba, l’opinion semble observer un retard par rapport à ce comité préparatoire qui a provoqué beaucoup de polémique au sein de l’Opposition congolaise.

Le représentant du secrétaire général des Nations Unies en RDC, M. Maman Sidikou a reçu la mission d’offrir ses bons offices à ce dialogue, hier à la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies organisée chaque mercredi simultanément à Kinshasa et Goma (chef-lieu de la province du Nord-Kivu) et diffusée en direct de la Radio Okapi, une question a été posée par rapport à ce semblant de retard de la mise en place du comité préparatoire du dialogue.

Et le directeur de l’Information publique de la Monusco, M. Charles Bambara de répondre : il n’y a pas de retard en soi. Cette période ne doit donc pas être comprise comme un temps mort. Car, a-t-il affirmé, des contacts se poursuivent, des réunions continuent d’être organisées pendant cette période avec les parties prenantes au dialogue. M. Bambara rassure même que les choses avancent petit à petit.

Une mission onusienne d’assistance électorale en RDC

Signalons qu’auparavant, M. Charles Bambara informait les journalistes du séjour à Kinshasa depuis le 24 avril dernier, d’une mission d’assistance électorale de l’ONU. Laquelle est chargée d’examiner la nature des Nations Unies à la mise à jour du fichier électoral en Rd Congo.

Cette mission onusienne est composée d’experts en assistance électorale et est dirigée par M. Ali Diabacté du Département des Affaires politiques de l’ONU à New-York. « Lors de son séjour, la mission d’experts a rencontré et continue de s’entretenir avec divers acteurs dont les membres de la CENI, de la classe politique, de la Société civile, et des partenaires internationaux. Lundi dernier, la mission a notamment rencontré une délégation d’une dizaine de membres du Gouvernement, conduite par le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, M. Evariste Boshab », a indiqué hier le directeur de l’Information publique de la Monusco, M. Charles Bambara.

Il a, en outre, affirmé que cette mission onusienne d’assistance électorale – qui séjourne à Kinshasa, du 24 avril au 10 mai dernier – se situe dans le cadre de la Résolution 2277 des Nations Unies, « qui requiert notamment à la Monusco d’apporter son soutien technique et logistique à la révision du fichier électoral, en vue de la tenue de l’organisation des élections à venir ».


l'Avenir

 

Laisser un commentaire