Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

John Kerry : le Président Kabila peut cimenter son héritage avec des élections dans les délais constitutionnels

kabila-kerry_640_350_1C'est la première déclaration du State Department, le Ministère américain des affaires étrangères, depuis la rencontre entre le président Kabila et John Kerry vendredi en marge de la signature de l'accord de Paris.

Le porte-parole du secrétaire d'Etat américain a quelque peu levé le voile de ce qui s'est dit entre les deux hommes en marge de la signature de l'accord de Paris sur les changements climatiques vendredi au siège de l'ONU à New York.

Revenant sur le fait que l'avenir de la RDC doit être façonnée par les Congolais, que les USA appellent à aller au dialogue, Washington se dit "prêt à être un partenaire à tous ceux qui y sont engagés, et à la tenue, en temps opportun, d'élections crédibles, conformément à la constitution de la RDC".

John Kerry qui, sur TOP CONGO FM, avait qualifié la réunion de franche et constructive, aurait aussi parlé avec le président Kabila du rôle qu'il a encore à jouer avec sa famille politique "dans l'établissement de la RDC comme une forte démocratie constitutionnelle". 

Selon le porte-parole, John Kerry estime qu' "une passation du pouvoir apaisée devrait permettre au Président Kabila de cimenter son héritage". 

A la question d'un journaliste de savoir si John Kerry avait le sentiment que le président Kabila allait modifier la constitution pour se représenter, le porte-parole a répondu que "le secrétaire a dit que nos attentes sont en termes d'un pays allant de l'avant, conformément à sa propre constitution, qui appelle à des élections crédibles qui, encore une fois, permettront à tous les Congolais de voter". Il a aussi souligné, au cours de cette rencontre, le fait de permettre aux citoyens de parler librement et sans intimidation.

Selon certains observateurs, la transition ne devrait pas excéder 18 mois. Le gouvernement invoque des contraintes logistiques et budgétaires pour justifier un possible report de la présidentielle. Une justification qui, pour beaucoup d'opposants, n'est qu'une tactique délibérée par le président pour s'accrocher au pouvoir.


Top Congo FM / Reuters / MCN, via mediacongo.net

 

Laisser un commentaire