Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

LES PASSERELLES MÉTALLIQUES JETÉES SUR LE BOULEVARD LUMUMBA FASCINENT LES KINOIS

passerelleInaugurées solennellement le 23 janvier dernier par le chef de l’Etat Joseph Kabila, les passerelles métalliques, construites had hoc sur le boulevard Lumumba pour faciliter la traversée, fascinent les usagers de cette artère. L’engouement que suscitent ces ouvrages en est une illustration. Toutes les cinq minutes, des vingtaines des passants gravitent en même temps sur les gradins de ces ponts, ce qui provoque, par moment, des embouteillages entre ceux venant dans les deux directions.

C’est une ambiance bon enfant qui règne sur les marches des passerelles construites dans la commune de Limete. Les utilisateurs de ces passerelles, élèves des écoles environnantes pour la plupart, ne cachent pas leur satisfaction quant à la mise en place de ces ouvrages qui, à leurs yeux, réduiraient considérablement les accidents de circulation. 
 » Avec la construction de ces passerelles, nous traversons désormais le boulevard Lumumba en toute quiétude et sans crainte aucune. Nous sommes très contentes que le gouvernement ait mis en place des tels ouvrages. Ce qui, nous en sommes convaincus, va réduire les risques liés aux accidents de circulation routière « , rapporte Deborah Ngonga, élève en 5eme année littéraire au Collège Pierre Nengende.
 » Ce pont est tellement beau à traverser que j’ai même envie de rentrer à l’autre bord et revenir ici plusieurs fois. Avant sa construction, moi et mes petits frères avions beaucoup de difficultés pour traverser et aller à l’école de l’autre côté du boulevard. Aujourd’hui, mes petits peuvent traverser seuls, sans nécessairement mon concours « , indique Jonas Diankebulua, élève au Collège Saint Raphaël.
Au moment où ces traversées constituent une panacée aux accidents de circulation pour certains, d’autres passagers trouvés sur place continuent de traverser sur la chaussée, comme si ces passerelles ne les concernaient pas.

PASSAGE SOUS UNE AMBIANCE  » SELFIE  » 
Les passerelles modernes de Limete comptent désormais parmi les sites les plus visités de la ville de Kinshasa. Pour beaucoup de gens, elles rivalisent actuellement avec d’autres sites touristiques de la capitale, à l’instar de la Place du cinquantenaire à la Gare centrale, la Tribune du boulevard Triomphal et la Place des évolués dans la commune de la Gombe.
C’est une ambiance émaillée d’innombrables flashes des appareils photos qui règnent sur les marches de ces passerelles. Faisant leur première expérience, les passagers veulent à tout prix immortaliser ces instants en se prenant en photos avec leurs Smartphones et leurs tablettes numériques. Une pratique que les Kinois appellent affectueusement « Selfie, Bukakingo « .
 » Je me suis photographiée avec mon téléphone pour montrer à mes amies que je suis passée par cette passerelle. Ce pont est tellement beau, c’est une façon pour moi d’immortaliser ces instants. Le soir, je poste toutes les photos prises sur les réseaux sociaux… », se réjouit Clarisse Mbuyamba, étudiante à l’Université libre de Kinshasa, (ULK).

UNE AUBAINE POUR LES PHOTOGRAPHES
Les photographes de la Place du cinquantenaire et ceux de la Place des évolués ont déserté leurs terroirs habituels au profit des passerelles de la 1ère, 7ème et 13ème rues Limete. 
Brandissant les affiches portant inscription  » Photo minute « , ces chasseurs d’images capturent des cartes photos à imprimer sur place pour les visiteurs des passerelles de Limete, moyennant paiement.
La carte photo petit format et photo passeport se négocient à 1000 FC sur ces lieux, alors que pour les autres formats beaucoup plus grands le prix oscille entre 2000 Fc et 3500 Fc.
 » C’est depuis le week-end dernier que j’ai décidé de quitter la Place de la Gare centrale pour venir faire des photos ici. Il y a tellement de sollicitations qu’on est parfois obligé de faire attendre les autres demandeurs « , avance Philippe Mbaya, photographe.
Seul regret cependant, quelques sachets et autres déchets plastiques jonchent déjà le pavé ça et là…

Laisser un commentaire