Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

RDC: le 2e vice-président de l’Assemblée nationale Kombo Nkisi est décédé

IMG_7176Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, Timothée Kombo Nkisi, est décédé ce jeudi 14 avril dans un hôpital en France où il était soigné depuis plusieurs jours.

L’information a été révélée par le bureau de la chambre basse du Parlement qui annonce que les plénières à l'Assemblée nationale sont suspendues jusqu'à lundi.

Au début de l’actuelle législature, Timothée Kombo, doyen d’âge de l’assemblée, avait été désigné président du bureau provisoire de la chambre basse du Parlement. Après l’élection du bureau définitif, il a été élu deuxième vice-président.  

« Au service de la République, il n’y a pas de couleur politique »

Dans le bureau provisoire que dirigeait Kombo Nkisi, le député Patrick Muyaya était rapporteur.

« De Timothée Kombo, je garde particulièrement une phrase. Il m’avait dit : ‘’Mon fils au service de la République, il n’y a pas de couleur politique’’. Il a fait le choix de privilégier les intérêts de la République à ceux de son parti », indique Patrick Muyaya.

 

A (re)Lire: Assemblée nationale: un élu de l’UDPS à la tête du bureau provisoires de couleur politique’’. Il a fait le choix de privilégier les intérêts de la République à ceux de son parti », indique Patrick Muya

Kombo Nkisi a été élu député en 2011 sur la liste de l’UDPS. Les élus de ce parti n’avaient pas pris part à la première plénière de la législature au cours de laquelle le bureau provisoire a été installé. Ceux qui ont ensuite siégé à l’Assemblée nationale ont été désavoués par le parti.  

Patrick Muyaya salue le choix fait à cette époque par Kombo Nkisi qui a participé à cette plénière inaugurale et accepté de prendre la direction du bureau provisoire.

« Le fait qu’il ait accepté de conduire cette assemblée nationale durant cette période provisoire prévue par la constitution, il a fait un choix historique qui a aidé à déverrouiller beaucoup de problèmes politiques qui auraient pénalisé le démarrage de la législature en cours et du mandat du président de la République », argumente Patrick Muyaya.

Laisser un commentaire