Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

RDC : une troisième démission au bureau de la Ceni

ceni_siege_15_002Après le président, le vice-président, c'est au tour de la questeure de quitter la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Dans une lettre adressée au président de l'Assemblée nationale, Chantal Ngoyi Tshite Wetshi s'est dite victime de pression. Une troisième défection très symbolique. Chantal Ngoyi Tshite Wetshi était issue des rangs du Mouvement social pour le renouveau (MSR), deuxième parti de la majorité présidentielle à l’époque de sa nomination à la Ceni. Un parti qui depuis est passé à l’opposition. Le porte-parole de la majorité ne le cache pas, l’annonce de cette démission est un véritable soulagement, a-t-il confié à RFI.

 

André-Alain Atundu ne dément pas non plus que la majorité ait pesé de tout son poids pour obtenir cette décision. Il faut dire que dans la répartition des postes au sein de la commission électorale, c'est bien à la majorité présidentielle de désigner celui ou celle qui sera le questeur de la Ceni. « A partir du moment où son parti a décidé de rejoindre l’opposition, elle aurait dû prendre ses fonctions avant qu’on lui demande », estime André-Alain Atundu.

Le MSR, lui, dénonce les pressions et les humiliations dont Chantal Ngoyi Tshite Wetshi dit avoir été victime. Pour Muhindo Nzangi, président du groupe parlementaire de ce parti, la loi régissant la Ceni est tout aussi claire dans le fait qu’une fois nommés, les membres de la commission électorale ne sont plus comptables et ne doivent plus recevoir d’injonctions de leur formation politique d’origine. Il dit toutefois soutenir la décision prise par la questeure au vu des difficultés qu’elle a et qu’elle allait rencontrer.

Le député Muhindo Nzangi dénonce aujourd’hui une mainmise de la majorité présidentielle sur tous les postes à responsabilité de la Ceni et dit craindre des manipulations à l’avenir. Du côté de la Ceni, on assure être serein, même si les pressions sont inévitables que ce soit de formations politiques ou de la population, souligne l’un des membres de la commission électorale.

Kinshasa, 11/11/2015 (RFI / MCN, via mediacongo.net)

Laisser un commentaire