Actualités MRDCE DIASPORA : Nous vous informons que l’ouverture du nouveau bureau de la maison des congolais de l’étrangers à eu lieu le mercredi 2 novembre à Paris 11ème et voici notre nouvelle adresse: 81 boulevard voltaire 75011 paris France tel 0033986285093 portable : 0033753146778

Rencontre Raymond Tshibanda-Didier Reynders: renforcement de la coopération bilatérale et situation électorale en RDC

tshibanda_reynders_16_001_640_350_1Le renforcement de la coopération bilatérale entre la RDC et la Belgique, la paix et la sécurité en RDC et dans la région des Grands lacs ont été au centre d’une séance de travail, mardi 26 avril 2016, à Kinshasa, entre le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Raymond Tshibanda et son homologue belge, Didier Reynders.

Les deux parties ont fait le tour de la coopération bilatérale entre les deux pays, de la situation politique en RDC, de la paix et de la sécurité dans la région des Grands  Lacs  notamment de la situation sécuritaire au Burundi, jugée préoccupante.

Le diplomate belge a indiqué que sur le plan économique les deux personnalités ont échangé sur le renforcement de la coopération bilatérale entre la RDC et la Belgique et sur le  renforcement de la présence du Royaume de Belgique en RDC, indiquant que cette présence se traduit par les investissements belges pour la construction de la nouvelle ambassade de la Belgique à Kinshasa  et par l’existence de plusieurs dossiers bilatéraux entre les deux pays.

Point de presse Tshibanda et Reynders

Les deux parties, a-t-il dit,  ont aussi examiné la mise en œuvre des conventions internationales qui protègent les investissements déjà acceptés par les gouvernements des deux pays et qui attendent leur ratification par les deux parlements. Il s’est dit heureux que les congolais prennent régulièrement les vols de la compagnie aérienne belge pour se rendre en Belgique ou rentrer en RDC après les attentats de Belgique.

Sur le processus politique en RDC, Didier Reynders a dit que les deux parties ont parlé de la nécessité de maintenir l’espace politique plus ouvert et éviter que les violences ne viennent dégrader la situation au pays. Il a invité les acteurs politiques à éviter les violences qui risquent d’aggraver davantage la situation, soulignant que  les autorités comme dans d’autres pays doivent faire montre de la capacité de gérer la situation politique de manière proportionnée.

En ce qui concerne le lancement d’un processus, il a indiqué que les deux parties vont voir prochainement comment la commission électorale va pouvoir présenter un certain nombre de propositions et comptent sur la mise en ordre du fichier électoral pour aboutir à la tenue des élections apaisées. Pour ce qui est de dialogue politique, il souhaite que les conclusions de ces assises aboutissent à la tenue des élections apaisées.

Didier Reynders a indiqué qu’il a examiné avec son homologue de la RDC la situation dans la région et des violences qui se poursuivent au Burundi avec l’assassinat récent du général  des Forces armées burundaises et que la communauté internationale appelle à la tenue du dialogue politique inter burundais. La communauté internationale, a-t-il dit, souhaite que les autorités burundaises acceptent l’arrivée  dans le pays des forces de police pour sécuriser la population.

Pour le chef de la diplomatie congolaise, les deux parties ont aussi évoqué  la tenue des élections apaisées, libres et transparentes en RDC ainsi que la révision du fichier électoral et la publication du calendrier électoral par la Ceni et fait le point de la situation en RDC et dans la région des Grands Lacs.

Les deux parties, selon Raymond Tshibanda ont fait le point de relations de coopération bilatérale entre les deux pays et ont constaté  une évolution positive sur le plan du dialogue politique au plan diplomatique et au plan de la coopération. Elles ont également fait le tour de la situation politique en RDC et dans la région. En RDC, elles ont appelé à la tenue du dialogue politique attendu pour baliser les voies vers la tenue des élections et espèrent que ce dialogue débouche sur les conclusions impérativement.

Reynders: "Le dialogue doit impliquer un maximum de monde mais doit aussi être court"

Les deux parties attendent que la Ceni fixe les deux parties sur l’évolution de la mise à jour du fichier électoral et éventuellement donne les  perspectives en ce qui concerne  la publication du calendrier électoral. Raymond a salué l’engagement personnel de "Didier Reynders dans la consolidation des relations bilatérales entre la Belgique et la RDC".

"La Belgique espère que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) boucle rapidement un calendrier exposant clairement les prochaines étapes à franchir en vue de l'organisation d'élections en République démocratique du Congo", a indiqué mardi le ministre belge des Affaires étrangères à l'issue d'une entrevue avec son homologue congolais Raymond Tshibanda. Ce dernier s'est dit d'accord avec son collègue belge mais a souligné que l'organisation d'élections est un processus compliqué. L'éventuel soutien des Occidentaux au processus électoral dépendra de ce calendrier.

"Ce serait bien plus facile de ne pas organiser d'élections, cependant nous prenons cette responsabilité", a affirmé M. Tshibanda. "Mais cela nous place devant des défis supplémentaires".

M. Tshibanda a insisté sur l'organisation d'un dialogue politique, annoncé depuis longtemps mais toujours pas entamé. "Il doit réunir le plus de sensibilités possibles car le Congo est une démocratie".

Jusqu'ici, seul l'UDPS, le parti de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, s'est dit prêt à prendre part à ce dialogue. Les autres partis de l'opposition y voient une manoeuvre du régime pour maintenir le président Joseph Kabila plus longtemps que prévu au pouvoir – la constitution prévoyant que Kabila, à la tête du pays depuis 2001, quitte ses fonctions au plus tard à la fin de l'année.

Didier Reynders a appelé lui aussi à un dialogue politique. "Ce dialogue doit impliquer un maximum de monde mais doit aussi être court et concret".

Le ministre belge a également insisté sur l'importance pour tous les acteurs de disposer de suffisamment d'espace politique. Au cours des derniers jours et semaines, des manifestations d'opposants au régime -notamment l'ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi – ont été annihilées. De nombreux activistes ont été placés en détention.

Didier Reynders a concédé qu'il "était plus compliqué" de garantir un espace politique suffisant en période pré-electorale. (Belga)


ACP / Belga / MCN

 

Laisser un commentaire